Tundu Open Air : sauterie au cœur de la pampa Sarde

Faire la fête en vacances c’est cool ! Faire la fête avec les figures locales de la techno au pied d’un des monuments les plus emblématiques de la région… C’est mieux ! Direction la Sardaigne, au Tundu Open Air !

Cet été, direction le soleil, la plage et les routes accidentées, où les paysages se succèdent mais ne se ressemblent pas ! La belle et douce Sardaigne nous a ouvert grand ses bras pour 10 jours de soleil et de haute gastronomie italienne, dont on se souviendra, mais aussi pour une des fêtes les plus chouettes qu’on ait pu faire : le Tundu Open Air.

© Tundu Open Air
© Tundu Open Air

Resident Advisor, le meilleur guide touristique

À une semaine du grand départ, je recherche sur notre très apprécié Resident Advisor une programmation qui pourrait nous faire danser durant notre périple en terres sardes. Finalement, deux noms attirent mon regard : Luigi Tozzi et Dusty Kid, le tout à à peine une heure de route de Cagliari, c’est le soir de notre dernière soirée. C’est le Tundu Open Air, ok, j’y vais.

Crédit : Tundu Open Air

M. décide de rester à l’hôtel (à notre plus grande chance, mais ça on ne le savait pas encore). C’est donc avec A. que nous montons dans la voiture de deux italiens, fanna de drum & bass. Les deux mecs sont chauds, le passager à envie de faire la fête, il est à fond. Pendant ce temps notre conducteur tente tant bien que mal de conduire sa petite voiture, (française, Peugeot messieurs dames) tant son acolyte fait de grands gestes ponctuant chacune de ses phrases (à l’italienne bien sûr). Les esprits s’échauffent quand le sujet de la victoire des bleus à la coupe du Monde arrive. Ça tombe bien, nous voilà à Villanovafranca, l’endroit de la jolie sauterie.

Bienvenue au pied d’un des plus vieux monuments sardes (qu’on n’a pas trouvé)

Jolie ? Oui, super jolie ! Au milieu d’arbres plantés, tous parallèles les uns aux autres, le collectif Basstation (associé à The Gods Planet et Sardinian Electronic Labels) a planté là une drôle de scène, fermée par un dôme de bois, le tout entouré de murs de son et de projo, digne des meilleurs clubs parisiens. Un spectacle d’une rare beauté !

Entrée Tundu Open Air - © Juliette Bassine
Entrée Tundu Open Air – © Juliette Bassine

À peine entrée et un peu déçue d’avoir raté Dusty Kid, qui débutait cette douce soirée, je me précipite vers le devant de la scène. Le son, d’une rare qualité m’enivre en un rien de temps. Me voilà absorbé par les sonorités produites par Münch & Podbielski, jusqu’à là méconnus. Deux heures sonnent alors, et c’est un très souriant Luigi Tozzi qui fait son apparition sur scène. Avec sa tête de gentil surfeur, on ne s’imagine pas que l’homme à la mèche blonde puisse autant balancer. En 15 minutes, l’auditoire est en trans, grâce à une intro d’une qualité exceptionnelle.

Je dois avouer que les deux heures de Tozzi passent à une vitesse folle. Alors sans téléphone, je regrette de ne pouvoir shazamer les tracks qui s’enchaînent et se succèdent, toutes plus pertinentes les unes que les autres. Mais voilà que le Romain nous quitte pour laisser place à Alan Backdrop, jusque là inconnu au batailon aussi. Quelle claque ! La reprise se fait dans la plus grande douceur, pour ensuite réveiller le public qui après déjà 10 heures de fête, continue de danser avec énergie.

Au lever du soleil, la vie reprend son cours, les ennuis aussi !

Le soleil se lève alors sur le site archéologique « Su Mulinu » de Villanovafranca. Les doux rayons traversent les branches des arbres, c’est beau. Mais voilà l’heure pour nous de quitter cette contrée certes lointaine, mais non moins merveilleuse, pour retrouver le bus de campagne qui nous amènera alors à Cagliari.

Lever de soleil - Tundu Open Air - © Juliette Bassine
Lever de soleil – Tundu Open Air – © Juliette Bassine

C’était sans compter sur notre chance légendaire. Après une demi heure de marche au milieu des champs, avec un paysage à couper le souffle, aux couleurs rosées du lever du soleil, nous voilà sous un abri bus défraîchi, à attendre ce qui nous semble être le Messie. Un habitant du village nous confirme qu’un bus arrivera dans les 5 minutes. 25 minutes plus tard, toujours pas de bus. Normal, il ne passera que le lundi matin. MERDE !

Le banc, meilleur lit de fortune

Nous voilà au milieu d’un village sarde, avec quelques locaux qui se lèvent doucement éberlués de voir deux touristes pas totalement fraîches. Et je vais vous dire un truc, les villages sardes, c’est comme les villages corses, si tu viens pas d’ici ça se voit tout de suite… C’est ainsi qu’avec A. nous décidons d’arracher M. des bras de Morphée pour qu’elle vienne nous chercher. Le temps de tout comprendre la pauvre éveillée nous sort un « Ok… Je prends un café et je pars ». « Je pars » ici, ne veux bien sûr pas dire « j’arrive », car nous étions à une bonne heure de route de là…

On était là - © capture de Google Maps
On était là – © capture de Google Maps

Une fois assurées que nous allons bien pouvoir retrouver Cagliari dans quelques heures, nous cherchons désespérément ce qui nous servira de lit de fortune en attendant la brave M.. C’est ainsi que nous commençons à nous allonger sur un banc. Mais non, on ne pouvait pas. Alors nous nous dirigeons vers un autre banc qui semblait plus confort. Raté, il y avait pas mal de pipi de chien. Ah oui, car ce matin là, nous avons appris que des chiens sauvages, il y en avait un paquet ici. Comme une idiote, j’en ai appelé un 30 minutes plus tôt, et le petit sac de puces nous suit depuis…

Bref, au loin nous voyons la « grande place » du village, avec quelques bancs à l’ombre. Nous en choisissons un et nous voilà installées, pour attendre sagement M. Les paupières lourdes, Morphée m’a attrapé. Je me suis réveillée 45 minutes surprise par quelques ronflements (les miens). A. ne dort pas, elle me fait part de sa souffrance. Sommeil et attente se font rejoindre par la chaleur, car le soleil tape désormais sur notre lit.

Au coin d’une rue, nous voyons la petite voiture blanche arriver. Notre sainte sauveuse est arrivée, il est temps de rentrer !

>> Pour plus d’infos et de photos, direction la page Facebook de Tundu Open Air

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *