Tu te souviens… de Foolik ?

Juliette : ORIANE ! Tu te souviens de la soirée où on a découvert Foolik ?

Oriane : Bien sur, c’était en août au Sisyphos. Mais c’était pas trop une soirée puisqu’on y est arrivés à six heures, avant on était au Trésor. 

Juliette : Ah mais oui !! La soirée Herrensauna du Trésor, c’était tellement spé et génial à la fois. On avait pas failli ne pas rentrer ?

Oriane : Ouais, avec la meuf qui nous a demandé, un peu étonnée, si on savait dans quelle soirée on allait. Heureusement que j’avais été à celle des Nuits Fauves et qu’elle aussi, parce que sinon pas sûr qu’elle nous aurait crus quand on disait qu’on connaissait.

Juliette : Oui, en même temps il faut dire que je m’attendais pas à entrer dans une soirée où la première personne qu’on croise est un chauve la bite à l’air !

Oriane : Hahahaha c’est clair. Mais en fait j’ai l’impression d’y avoir fait un passage éclair alors qu’on est quand même restés cinq heures au sous-sol du Trésor. Franchement, je suis pas ce qu’on peut appeler une petite chose fragile, mais clairement il fallait qu’on bouge ailleurs écouter quelque chose de plus léger.

Juliette : Je me souviens que les basses étaient si fortes que vous avez mis des boules quies ! Donc si, après réflexion tu as un peu fait ta fiotte ! :’) Je me rappelle juste du son que je trouvais ouf, mais difficile de danser dessus. Heureusement qu’on a bougé avec L et A, sinon on aurait jamais découvert le petit Foolik. 🙂

Oriane : Clairement. Et heureusement qu’on a écouté les conseils du taxi. Il voulait pas nous emmener au Renate, ni à l’About Blank. « Closed, closed » qu’il disait, « Sisyphos open ! ». Heureusement aussi qu’il nous restait les stamps de la veille et que le vigile trop foncedé nous a laissés rentrer pour 5 balles.

Juliette : Ah mais ouiiiii ! Mais A a encore manqué de peu de ne pas rentrer. D’ailleurs, c’est pas ce soir là qu’il nous a dit qu’il avait eu un mauvais bail avec des russes ?

Oriane : Non c’était le premier soir.. En fait on a passé la moitié de ce séjour au Sisy. Mais en y repensant, vu qu’il est parti au bout de cinq minutes, ç’aurait été mieux pour lui qu’il ne rentre pas, haha.

Juliette : Sisy, deuxième maison ! <3 Je les confonds tous ! Mais celui-ci c’était notre dernier soir en plus ? Le soir (matin en fait puisqu’il était 10h) où L ne pouvait plus danser, puisque ça faisait 8h qu’on était en club ?

Oriane : C’est ça, et accessoirement la « soirée » que j’ai préférée. Je me souviens plus si c’est au début qu’on est allées se poser avec L et toi dans les petites cabanes pour fumer une clope en face du mini lac. Mais il faisait déjà très beau, c’était bien.

Juliette : Oui ! C’était en août en même temps… Mais je me rappelle que toutes les demies heures je te disais « il fait sa dernière » de 9h30 à 12h30, puisque le crew du Sisy nous avait dit que ça fermait quand le DJ en avait marre. Au final, à 13h le mec était toujours à fond !

Oriane : T’as pas précisé mais on parle de Foolik, Le DJ de la toute petite salle à droite. Il mixait quand même depuis 2 heures du matin je crois. Et une fois qu’on est rentrées dedans, on en est pratiquement pas sorties.

Juliette : En même temps, dès qu’on pensait que c’était terminé, le mec renvoyait du pâté… Tu m’étonnes que personne n’en soit sorti ! Il est bon ce petit résident du Sisy (comme beaucoup de résidents du Sisy d’ailleurs). Et cette petite salle qui paye pas de mine, avec les vitraux cassés, tous pleins de poussière, qui reflétaient la lumière du petit matin. C’était trop beau. 🙂

Oriane : Ouiii, ça a vraiment ajouté quelque chose au set qui était déjà super. Tu te souviens que pratiquement à chaque morceau on se regardait et on activait Shazam ? Il m’a collé les poils deux ou trois fois ce petit.

Juliette : Ahahah oui, c’est vrai ! D’ailleurs regarde mon Shazam de ce matin là.

Oriane : Ah oui, « Sands », il est dingue, je l’écoute encore. Je crois que c’est l’une des seules fois où je ne me suis pas ennuyée une seconde. Tu te rappelles qu’on s’est dit « j’ai l’impression que je pourrai jamais arrêter de danser ». Clairement j’aurais pu continuer encore des heures mais il fallait bien être raisonnables 🙁

Juliette : Ahah oui, mais je comprends ! D’autant plus que c’était notre dernière soirée et que ce Berlin là, le Sisy nous a vraiment régalé… Jusqu’à la dernière miette de techno. 🙂

Oriane : Oui, d’ailleurs c’était tellement bien que je lui ai envoyé un message pour le remercier. Dommage qu’il ait pas encore eu d’occasion de venir à Paris. Même si je pense que notre capitale ne lui offrira pas les moyens de s’impliquer autant dans un set. On a pas vraiment d’endroits comme le Sisy de par chez nous.

Juliette : Il faudrait en créer un ! Héhé. En tout cas, Foolik reste une de nos plus belles découvertes berlinoises et si un jour il vient en France, je te certifie qu’on va aller le voir. 😉

Oriane : Ça c’est sûr, mais en attendant je conseille à toute personne lisant cet article de faire un tour du côté de son Soundcloud, car il en vaut le détour.

Juliette : 😉 C’est par ici !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *