Le récit d’Oriane… à Toulouse

Le secret d’une soirée réussie ? Faire en sorte qu’elle soit précédée d’un bon gros fail. 

Tu t’en souviens peut-être, j’avais écrit, il y a quelques mois, un article sur le génial Pavel Petrov. Celui-ci devait se produire à Toulouse à l’occasion des jardins sonores. C’est donc très enjouée que j’ai réservé mes billets de train mille ans à l’avance et invité C, une bonne amie fan de techno, à se joindre à moi.

 La veille, grosse déception : Isabelle, l’organisatrice de l’évènement, m’informe que celui-ci sera surement annulé. La cause : un orage qui se prépare à frapper Toulouse de plein fouet. Impossible de faire venir les artistes dans ces conditions.

Dégoutées, C et moi sommes quand même déterminées à faire la fête. Que ces heures de trains nous aient au moins servi à quelque chose. Direction Resident Advisor, mon ami de longue date. On digue un peu les teufs et on s’arrête très vite sur l’une d’entre elles : Möd3rn et Plein Phare au Rex de Toulouse. Après avoir écouté quelques sons, on se met d’accord : s’il y a une soirée à faire à Toulouse demain, c’est bien celle-ci !

En m’inscrivant à l’évènement, je remarque qu’un after est également organisé par Plein Phare, à L’Autre. De plus en plus fébrile (j’écoute à ce moment là un mix qui  me met particulièrement en appétit), je demande à C comment nous allons faire pour patienter entre 4h (fin de la soirée au Rex) et 5h (début de l’after). Elle me calme en me disant que c’est demain et qu’on a le temps d’y réfléchir. C’est vrai. Mais c’est dur d’attendre.

(le mix qui m’a un peu trop motivée)

Programme : 12 heures de teuf

Le lendemain, l’annulation des jardins sonores est bien confirmée. Un peu tristes, on part se poser à la Prairie des Filtres malgré le temps grisâtre. Un gars arrive et nous propose un flyer pour une soirée. Ça tombe bien, c’est celle où on compte bouger. On se sent presque toulousaines tellement on est à la page.

Je vous épargne la suite, apéro en ville, discussions avec des gens rigolos. Allons direct à l’essentiel : notre arrivée au Rex. Comme on ne veut rien louper de la soirée (elle finit tôt souviens-toi) on arrive les premières. On doit être dix à tout casser. Ce qui n’empêche que le son déboite et qu’on n’hésite pas une seconde à filer sur le dance floor vide. À ce moment là, c’est Marcel DK, un des membres de Plein Phare, qui nous en met plein les oreilles. La salle se remplit rapidement et la qualité du son ne faiblit pas. Les gars de Möd3rn (Electric RescueMaxime Dangles et Kmyle, rien que ça) nous enchantent.

 

La soirée passe en un éclair. 3h45, les lumières se rallument et le public doit sortir, malgré les protestations des uns et des autres (il fallait s’y attendre vu la qualité de la soirée). C et moi nous retrouvons dehors, un peu déboussolées. Encore enjouées de la fête, nous nous demandons quoi faire pour patienter jusqu’à l’after. Dénichant un bac à fleurs à coté du Rex, on s’assoit dessus, portable en haut parleur. On écoute du son pendant un bon moment, jusqu’à ce qu’un petit groupe de gens sorte du club.

« Vous foutez quoi là ? Vous voulez venir en after ? »

« Bah, en fait, on attend qu’il soit l’heure d’aller à L’Autre, y a un after qui commence à 5h »

« Mais L’Autre, ça a déjà commencé, venez avec nous, c’est nous qui organisons »

Et voilà comment on rencontre le crew Plein Phare en pleine rue, le cul à moitié dans la terre, en train de s’enjailler comme des shlags.

Pleins feux sur Plein Phare

On les suit donc jusque là bas et on y continue la teuf. Et puis direction l’after d’after en appart. À 11h ou midi, après une courte sieste, je panique : « Le train ! ». C me rassure : il est à 17h.

Par contre les gars doivent retourner au Rex pour l’after after d’after (ces gens ne dorment pas je pense). On les suit là-bas. Le lieu a bien changé depuis tout à l’heure, ils ont suspendu des plantes au plafond, c’est joli. Ça donne même super envie de recommencer à taper du pied. Mais C et moi commençons à être claquées. Et on se sent un peu inutiles parmi tous ces gens qui travaillent : mieux vaut rentrer.

Me voici donc de retour chez-moi, un peu deg d’avoir loupé leur soirée du 11 mai : Emmanuel Top y était invité et, si tu as lu l’article de Juju sur le FCKNYE, tu n’es pas sans savoir qu’Acid Phase fait partie de nos sons cultes. Ce n’était pas la première fois que Plein Phare organisait de l’évènement de qualité. Au programme de leurs précédentes éditions : Dusty KidKeith Carnal ou Paul Ritch. Oui, oui. C’est que le collectif, fondé en 2012 et composé de BermudeDrizer – ACJuriaK!SSY, Marcel DK et Milio Ruando, pèse déjà pas mal dans le monde de la nuit toulousaine. Les garçons ont même lancé leur propre label : Plein Phare Records. Alors un conseil : si tu es à Toulouse (ou pas loin), n’hésite pas à passer leur faire coucou.

>> Les prochaines dates de Plein Phare : le 21 juin au Port Viguerie pour la fête de la musique et le 13 juillet, au Bikini. Un open air est également prévu fin août.

>> Pour ne rien louper de leur actualité, tu peux filer suivre leur page Facebook et leur Soundcloud.

>> Je te conseille également de t’intéresser à Möd3rn, les autres stars de la soirée, de très près. Je reviendrai prochainement avec un article à leur sujet.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *