Juliette fait la fête… à Intrusion_01

Intrusion_01 - © MaMo

Envie d’exotisme ? Besoin de changer des traditionnels clubs ou festivals parisiens ? Ça tombe bien, j’ai trouvé ce qu’il vous faut… Direction un hangar en proche banlieue, c’est parti pour Intrusion_01.

Qui a dit que les parisiens ne savaient pas faire de vraie teuf dans les champs comme des shlags ? Ah oui c’est A. ! D’ailleurs c’est elle même qui m’a proposé Intrusion_01. Allez viens, on t’emmène dans un hangar avec plein de beau monde !

Intrusion_01 extérieur - © MaMo
Intrusion_01 extérieur – © MaMo

Intrusion, ou la petite sœur de Possession

C’est un doux samedi de juin. Oriane et moi voulons sortir. Bien sûr, cela fait longtemps que nous ne sommes pas retrouvées ensemble sur le dancefloor. Au programme ? La Possession. Je les ai toujours ratées faute de mauvais timming, je compte bien prendre ma revanche et rester jusqu’au lever du soleil… Surtout que la dernière fois, j’ai juste raté l’un de mes favoris, celui qui a eu quelques problèmes avec la Tunisie et qui, paraît-il, a fini torse nu sur la scène de Possession en mai dernier, j’entends par là Dax J. ZUT !

C’était sans compter sur A. & A. qui m’ont partagé une toute nouvelle soirée. Quelque chose qui ressemble de près comme de loin aux Possessions, mais en un peu moins célèbre. En tête d’affiche ? Le petit Mayeul. Je sais que A. l’aime bien et qu’A. en est dingo ! (Bon chance pour reconnaître qui est qui 😉 ). Ni une, ni deux, je propose cela à Oriane qui ne badine pas avant de dire « Ok, j’ai pris ma place ».

Intrusion_01 sortie - © MaMo
Intrusion_01 sortie – © MaMo

Finalement, il n’y a qu’une seule A. qui peut venir, celle qui est complétement dingo du maître en la matière de jungle/acid. A la sortie du train, la voilà au top pour taper du pied all night long. C’est parti ! 22 heures, elle arrive à Paris, nous n’avons toujours pas l’adresse… Suspens ! Quelques minutes plus tard, le lieu est indiqué. Pour des raisons que nous ignorons, il a changé au dernier moment, mais la super équipe d’Intrusion a rattrapé le coup. Mais où allons nous ??

Direction un hangar de proche banlieue

Hé bien nous allons juste à côté du Bourget (remember les Weather) ! En Uber, s’il vous plaît. Pas le temps de rigoler, nous on veut danser ! Le chauffeur nous dépose au milieu de camions, dans une zone industrielle, nous voyons au loin quelques jeunes qui semblent chercher quelque chose. On y est ! Une fois sorties de la voiture, c’est le doux son des BPM qui nous guide à l’entrée d’une espèce de gros hangar un peu délabré.

Intrusion_01 danseurs - © MaMo
Intrusion_01 danseurs – © MaMo

A notre plus grand plaisir, aucune queue ! Faire de la route pour sortir, ça a du bon ! Les gens ont souvent la flemme de dépasser le périph, mais croyez-moi, ça vaut le détour. Comme prévu, à l’intérieur, trois hangars pour trois scènes. La première à l’entrée semble un peu chill (par là j’entends de la techno travaillée), la seconde est plus… énervée. On voit les plus acharnés se déchaîner, nous voilà sur la première scène techno (plutôt hard). Enfin, au fond, une lumière rouge, nous voici dans la toute dernière scène, la deuxième scène techno, celle où nous allons passer une bonne partie de la soirée.

[Instant très (très) shlag]

[Pour la pause technique, évidemment c’est la galère. Pas de traditionnelles toilettes de chantier ou de toilettes à sec. Là, il faudra se débrouiller avec les moyens du bord : trois salles = trois toilettes + trois douches. Bien évidemment, pour patienter le moins longtemps possible, nous avons choisi l’alternative douche. À ne jamais jamais refaire.]

« Viens faire la fête chez nous ! »

Sinon, comme vous l’attendez tous, côté son c’était bon, très bon ! Soirée pleine de découvertes musicales, nous avons longuement dansé sur les sonorités très dancy de La Carte Son et Friend/Zone (beaucoup plus que sur la scène 1, aux BPM plus rapides et aux bass plus basses). Le dernier collectif portait bien son nom, puisqu’à vrai dire, il y avait plus de gens qui dansait derrière la scène que dans le public. C’était comme si nous étions tous invités à une petite soirée entre amis. C’était très intime, très sympa. En panne de batterie, je ne saurais vous dire quels sons sont passés, mais on a vraiment apprécié.

Intrusion_01 scène techno - © MaMo
Intrusion_01 scène techno – © MaMo

La fin de soirée bat son plein, les premières lueurs du soleil se reflètent sur le toits en taule, qui éclairent alors les danseurs de l’aube. Tous sont à fond. Normal, le grand Mayeul va bientôt faire son entrée. Avec A., nous sommes éreintées, nous trouvons un coin pour poser nos faibles jambes et continuer de savourer encore quelque temps le son. Et là, sans se faire prier, Mayeul balance ses première bass d’une puissance incroyable, A. esquisse son plus joli sourire ravie, moi aussi.

Passé 6 heures du matin, nous tentons tant bien que mal de danser, mais la fatigue l’emporte. Nous rentrons, épuisées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *