⌆│On ouvre ses chakras pour un voyage spirituel│⌆ ✺

⌆│ Agartha w/ O'Tawa │⌆ ✺ 003

Un parking sur deux niveaux complètement décoré vous invite au voyage imaginaire le temps d’une nuit, pour une troisième édition totalement déjantée.

Souvenez-vous, il y a deux mois, vous aviez pénétré un univers troublant, psychédélique, quasi hors du temps. Il s’agissait d’Agartha par O’tawa, une soirée où les sonorités tribales se mélangeaient à la scénographie colorée de Natàraja. Le collectif O’tawa investit à nouveau le lieu insolite, dans le 18ème, pour vous faire vibrer ce samedi 16 mars.

Un royaume mystérieux vous ouvre ses portes

La moitié des places étaient déjà vendues quelques jours après l’ouverture de la billetterie, ce qui en dit long sur la réputation bien marquée d’Otawa. Le collectif parisien montant se compose de KAÖB, aux notes Deep tribales et Wild Jungle, co-fondateur et directeur artistique d’O’Tawa. Et de Black Venus, mixant du Downtempo et de la Wave tribale, il se définit comme un « voyageur mental ». Émotions au rendez-vous ! Il n’aura fallu que deux événements pour que le duo casse les codes de la techno. Un mélange des genres savamment travaillé, la multiplication de samples originaux, des BPM’s soft aux plus rapides, des bruissements d’animaux… Entends-tu ses voix ? Ses instruments traditionnels ? Des morceaux de bois qui craquent sous nos pas ? Ils font voyager en pleine nature, du côté de l’Asie et l’Inde par leurs sonorités mystiques. Et ils nous emmènent avec eux…

Comme le doux KAÖB Deep Tribal Ethnic Tracks ou l’archi-rythmique : Sweet Musique – Sis – Dandini (Kaöb Edit).

Nous étions à la deuxième édition, le 18 janvier, nous avons dû descendre dans les bas-fond des 2 niveaux du parking, pour voir s’exprimer au bout du compte un art brut et primitif. Une fresque libre sur laquelle on pouvait laisser sa trace de vie, un stand de peintures dans lequel laisser exprimer nos âmes d’artistes, un atelier de bondage traditionnel soutenues d’une techno magique en rythme de fond… Il y avait des coiffes de toutes les matières, des corps en transe, beaucoup d’amour, des couleurs vives, des lumières, et surtout la résonance d’une musique d’ailleurs. On en redemande.

Rendez-vous au trente-sixième dessous

Techno tribale et japonaise au rendez-vous mais pas que ! Cette fois, les performances artistiques sont très attendues. Une immersion totale dans l’univers tribal par la scénographie signée Funki Sign pour le Chill space mettra vos sens en éveil. Reave Lucide assurera la scène principale. Des démonstrations artistiques, des parades de gens déguisés (vous !), des VJing sur des écrans, des œuvres, une scène Boiler Room, un live de Djembé Congas (sisi) soutenu par Fab Lmr, qui a voyagé en Guinée, le berceau de cette musique. Par contre oubliez les téléphones, il n’y aura pas de réseau dans ce sanctuaire amérindien, de quoi se recentrer sur l’essentiel et vivre EN-FIN l’instant présent.

On redevient bienveillants

Les soirées Agartha apparaissent comme des bouées de sauvetage dans un univers industriel et préfabriqué, une pause bien méritée, loin du tumulte et SOUS le tumulte. La techno tribale nous ferait presque renouer avec nos instincts primitifs. A coups de tam-tam et de voix en écho, on retourne aux bases de la création musicale.

« Nous partirons dans un monde libre de corps et d’esprits à la recherche de l’Unité et de l’Amour absolu. » O’tawa.

Ses soirées définissent l’esprit de la techno selon nous. Comme si la simplicité d’un lieu, tel un parking, associé à la moiteur de l’ambiance, le fluo qui coule sur les joues et la table d’un Dj sur traiteaux, pouvait recréer la combinaison d’une rave parfaite… Il s’agit d’une ode à la techno intra-culturelle, qui reconnecte nos âmes entre elles, soumises aux mêmes vibrations. Ouvrez vos oreilles et vos chakras et filez au 5 passage Ruelle pour une déconnexion totale !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *